Les collections de films du Forum des images

Sélection

Paris en-chanté
sélection / playlist
F178

collection Paris Île-de-France
« Ce doux refrain de nos faubourgs
Parle si gentiment d’amour
Que tout le monde en est épris
C’est la romance de Paris »

chantait Charles Trenet. Music-halls et cabarets filmés en noir et blanc, comédies musicales aux couleurs romantiques et acidulées, portraits d’artistes et de lieux emblématiques : découvrez un Paris enchanté, sublimé par les musiciens et leurs chansons.


La folie du music-hall
Romance de Paris
de Jean Boyer
avec Charles TRENET
fiction, 1941, noir et blanc, 1h34min
Issu d’une famille modeste, le jeune Georges Gauthier (Charles Trenet) rêve de music-hall. Un jour, le directeur des Folies-Concerts de Paris lui offre sa chance dans son nouveau spectacle. Le soir, sous les feux des projecteurs, Georges l’ouvrier devient le chanteur Papillon. Charles Trenet y interprète quelques chansons spécialement composées pour l’occasion : La Romance de Paris, Un rien me fait chanter, Bonsoir jolie Madame ou encore Tout ça, c’est pour nous, et nous entraîne joyeusement dans la folie du music-hall.
French Cancan
de Jean Renoir
avec Jean Gabin
fiction, 1954, couleur, 1h44min
Henri Danglard, directeur du Paravent chinois, une salle de spectacle montmartroise, décide d’ouvrir un nouveau cabaret, le Moulin Rouge, et ressuscite la mode du cancan grâce à la jeune et jolie Nini, petite blanchisseuse devenue grande vedette. Jean Renoir nous plonge dans les nuits fiévreuses et bohèmes du Boulevard de Clichy et de la Butte Montmartre au temps de la Belle époque.
Un soir au Music-hall
de Henri Decoin
avec Eddie CONSTANTINE et Zizi JEANMAIRE
fiction, 1956, couleur, 1h34min
Bob, GI en permission à Paris, tombe amoureux de Claudie, danseuse aux Folies-Bergère, et devient avec elle une vedette du music-hall. Une comédie musicale survoltée qui nous emmène, tout en plumes, en chansons et en couleurs, à la découverte de nombreux cabarets parisiens, du jardin des Tuileries, et de Montmartre.
Le lido de Paris
de Christian Clerico
retransmission, 1989, couleur, 1h21min
Retransmission d'un spectacle de music-hall mis en scène par Donn Arden sur la scène du Lido (8e), célèbre cabaret au bas de l’avenue des Champs-Elysées. Les numéros chorégraphiques et musicaux s'enchaînent, mêlant la tradition de la comédie musicale américaine et celle du cabaret parisien et de ses girls.
De la musique et des couleurs
Anna
de Pierre Koralnik
avec Anna Karina et Jean-Claude Brialy
fiction, 1967, couleur, 1h25min
Anna (Anna Karina) travaille dans une agence de publicité avenue des Champs-Elysées (8e) et rêve du prince charmant. Le directeur de l’agence (Jean-Claude Brialy) tombe amoureux d’une inconnue dont il n’a vu que la photo… Anna. Une comédie musicale pop, colorée et acidulée portée par les musiques et les paroles de Serge Gainsbourg, et dansée à travers le tout Paris des années 1960, dans les boîtes de nuit ou le métro, à la gare Saint-Lazare (9e) ou sur l’esplanade du Trocadéro (16e).
Les idoles
de Marc'O
avec Bulle OGIER et Pierre CLEMENTI
fiction, 1968, couleur, 1h33min
A l’origine, Les Idoles était une pièce de théâtre à succès : elle fut adaptée au cinéma dans un théâtre aménagé spécialement pour le film, le Bilboquet, du côté de Saint-Germain-des-Prés (6e). Dans cette comédie musicale cinglante, le monde du spectacle en prend sacrément pour son grade : trois vedettes de la chanson yéyé racontent leur carrière fabriquée et arrangée par leurs managers, et proposent une vision féroce et vitriolée du monde du show-business.
Jeanne et le garçon formidable
de Olivier Ducastel et Jacques Martineau
avec Virginie Ledoyen et Mathieu Demy
fiction, 1997, couleur, 1h38min
Traiter du sida avec légèreté sans pour autant faire oublier la gravité de la séropositivité : c’est le défi que relèvent Olivier Ducastel et Jacques Martineau avec ce premier film. Dans les quartiers du Nord-Est de la capitale, ils transposent les conventions de la comédie musicale en-chantée de Jacques Demy pour parler avec justesse d’un amour contrarié par la maladie.
Pas sur la bouche
de Alain Resnais
avec Sabine Azéma
fiction, 2003, couleur, 1h55min
Gilberte la cachottière répète un spectacle « d’art total » avec son nouveau soupirant. Elle va devoir concilier ses amours et ses engagements présents et passés. Après La vie est un roman et On connaît la chanson, Alain Resnais renoue avec la comédie musicale et nous transporte dans le Paris de 1925 avec cette adaptation d’une opérette d’André Barde et Maurice Yvain.
Les chansons d'amour
de Christophe Honoré
avec Louis Garrel
fiction, 2007, couleur, 1h40min
Le départ, l’absence, le retour : trois tranches de vie dans une comédie musicale amoureuse émouvante. Héritier du cinéma en-chanté de Jacques Demy, Christophe Honoré remet au goût du jour le triangle amoureux typique de la Nouvelle Vague. De Strasbourg Saint-Denis (10e) à la Bastille, du boulevard de la Chapelle (18e) au quartier du Montparnasse, les chansons et musiques d’Alex Beaupain traduisent avec subtilité les sentiments les plus intimes des personnages.
Toi, moi, les autres
de Audrey Estrougo
fiction, 2010, couleur, 1h30min
Une comédie musicale contemporaine, romantique et engagée : c’est ce que nous propose Audrey Estrougo à travers ses chansons et ses chorégraphies délicates et à fleur de peau. Des quartiers populaires de la Goutte d’Or et de la Chapelle (18e) au chic caractéristique des 5e et 16e arrondissements, la réalisatrice utilise la comédie musicale pour abolir les clivages sociaux et dénoncer le sort des sans-papier en France.
Attila Marcel
de Sylvain Chomet
avec Guillaume Gouix
fiction, 2012, couleur, 1h46min
Reconnu pour ses films d’animation Les triplettes de Belleville et L’Illusionniste, Sylvain Chomet se confronte à la prise de vue réelle le temps d’une attendrissante incursion dans la comédie musicale. Paul, pianiste virtuose muré dans le silence depuis la mort de ses parents, vit avec ses deux aristocrates de tantes dans un très chic appartement parisien, reconstitué dans les studios de Bry-sur-Marne (94). Dans une ambiance proustienne, il replonge dans ses souvenirs grâce à la musique, aux madeleines et aux chouquettes qu’il affectionne tout particulièrement !
Les grands de Paris
A la mémoire du rock
de François Reichenbach
documentaire, 1962, noir et blanc, 11min
François Reichenbach reconstitue l’atmosphère des Sixties, décennie du rock’n’roll et des yéyé, grâce aux images d’un des grands concerts de rock donné au Palais des Sports (15e) en 1961. L’ambiance bouillonnante de l’évènement et les témoignages de jeunes musiciens font de ce documentaire un témoignage privilégié de cette époque et de ses nouveaux courants musicaux.
Edith Piaf quatre ans déjà
de Marcel Blistène
documentaire, 1967, noir et blanc, 1h
En 1967, quatre ans après sa disparition, Marcel Blistène rend hommage à Edith Piaf. Célébration de la grande chanteuse à travers de nombreux témoignages, images d’archives et interprétations, ce portrait est également l’occasion de revenir sur les lieux parisiens qui ont marqué sa vie, pas toujours rose. Belleville, le Boulevard de Lannes (16e), l’Olympia… Un hymne à La Môme.
La solitude du chanteur de fond
de Chris Marker
documentaire, 1974, couleur, 1h
En 1974, Yves Montand, qui n’avait presque pas chanté depuis 10 ans, remonte sur scène pour un concert unique au bénéfice des réfugiés chiliens. De son appartement de la Place Dauphine (1er) à la scène de l’Olympia (9e), face à la caméra de Chris Marker, Yves Montand chante et se dévoile dans un portrait intime et chaleureux.
Lieux d’expérimentation
Une aventure musicale, l'ensemble intercontemporain
de Michel Follin
documentaire, 2007, couleur, 60min
L’Ensemble Intercontemporain est un orchestre créé en 1976 par Pierre Boulez pour jouer les œuvres du 20e siècle, résident de la Cité de la Musique dans le 19e jusqu’à ce que celle-ci ne devienne récemment la Philharmonie de Paris. Retour sur l’histoire et l’activité de cet orchestre à travers les témoignages de ses membres.
Le centquatre
de Robert Cantarella
documentaire, 2009, couleur, 52min
On y accède par la rue d’Aubervilliers ou par la rue Curial : un grand bâtiment fait de longues halles entre lesquelles s’intercalent de petites cours. C’est à cet endroit que, dans les années 1870, s’érige le Service Municipal des Pompes Funèbres de Paris construit sur les anciens abattoirs de Villette-Popincourt. Après plusieurs années de réhabilitation, le 104 est aujourd’hui devenu un lieu de travail et de rencontres incontournable pour les artistes contemporains de tout horizon, mais également pour les jeunes du quartier.
Déambulations musicales
Cléo de 5 à 7
de Agnès Varda
avec Corinne Marchand
fiction, 1962, noir et blanc, 1h26min
La jeune et célèbre chanteuse Cléo attend avec angoisse les résultats d’une analyse médicale. Pour passer le temps, elle flâne dans Paris, entre le boulevard du Montparnasse (6e) et le parc Montsouris (14e) en passant par la rue de Rivoli (1er) ou son appartement rue Huyghens (14e), au bras de ses amis ou d’inconnus. Varda signe un portrait saisissant en temps réel d’une jeune femme qui trouve un peu de réconfort et de quiétude dans l’agitation parisienne.
Do You like My Voice, Histoire de souffle et d'électronique
de Philippe Chatelain, Sébastien Coupy et Mathieu Doll
1997, noir et blanc, 34min
Les musiques improvisées dans les rues et lieux publics sont un des charmes de la vie parisienne. Dans ce film expérimental où la musique contemporaine se mêle aux bruits quotidiens des grandes villes, les réalisateurs filment deux saxophonistes lors de leurs prestations publiques, de la rue de Rennes (6e) au cours de tennis du Luxembourg, du très mouvementé parvis de la gare Montparnasse à la très touristique place de l’Opéra.
En écho
Parcours thématiques
Chantons à Paris !

 

Yves Montand

 

Francis Lemarque

 

Georges Van Parys

 

Copyright Forum des images

AGENDA 
         
    Île de France