Les collections de films du Forum des images

Sélection

Claudine Bories
Filmographie sélective
F216
Les arrivants
collection Paris Île-de-France
Claudine Bories a réalisé de nombreux films documentaires et a beaucoup oeuvré pour la diffusion du cinéma documentaire. De 1992 à 2002 , elle dirige « Périphérie », un centre de création en Seine-Saint-Denis, consacré au cinéma documentaire et dont elle est la cofondatrice. Elle y crée les « Rencontres du cinéma documentaire ». En 1994, elle est vice-présidente de l’association ADDOC , un lieu important de réflexion des documentaristes français. Elle y rencontre Patrice Chagnard. Depuis 1995, ils collaborent aux films de l’un et de l’autre. Des oeuvres toujours à l'écoute des personnes filmées et à l'affût du monde contemporain.


de Claudine Bories
documentaire, 1975, noir et blanc, 29min
Je voulais que ce film soit un portrait des femmes de la rue : un seul visage, une seule parole, une seul lieu, Aubervilliers. J’étais alors actrice et “ engagée ”. C’était mon premier film.
de Claudine Bories
documentaire, 1981, couleur, 50min
“J’ai toujours eu envie d’en savoir plus sur les hommes, qu’ils me parlent de leur pays à eux, de “comment c’est d’être un homme”. (...) Juliette du côté des hommes est le film de cette curiosité, de ce désir là. Des hommes qui me plaisent me disent leur histoire, me parlent de leurs désirs. Et moi qui les écoute et les regarde, je raconte avec ces paroles et ces images, mon désir d’eux. Entre un marathon et des motards, une partie de chasse et une partie de cartes, une valse qui chaloupe et un tango qui balance, il y a du masculin qui passe. Il y a - pour moi - l’Autre.” Prix de la Compétition Française, Cinéma du Réel 1981.
de Claudine Bories
documentaire, 1987, couleur, 45min
L'écrivain Bernard Noël s'installe quelques mois à Saint-Denis. Claudine Bories le filme dans sa découverte de cette ville, de la Basilique aux habitants. Un film sur une ville et la création littéraire, la naissance d'une oeuvre hantée par le temps qui passe et la mort.
de Claudine Bories
documentaire, 1993, couleur, 53min
Portrait drôle et tendre d'un quartier de Bondy et de ses habitants, hiver 1993. Claudine Bories prend le temps de filmer et de parler avec ceux qui y vivent. Des maux et des espoirs. « C’est pas la peine qu’on pleure ! » A Bondy Nord, on s’est fait une raison : chacun doit se fabriquer son bonheur tout seul.
de Claudine Bories
documentaire, 1998, couleur, 57min
Claudine Bories a filmé pendant un an un "point de rencontre" à Bobigny pour couples séparés, où s'exerce le droit de visite de l'un des deux parents. Un regard doux et tendre sur quatre couples et le travail des médiateurs pour leur venir en aide. Ce film est la version courte de Monsieur contre Madame (sorti en salles en 1999).
de Claudine Bories
documentaire, 2003, couleur, 57min
Du 5 mai au 10 juin 2002, une cinquantaine de femmes militantes des pays d’ex-Yougoslavie et d’Albanie traversent ensemble les frontières imposées, réelles ou imaginaires, entre leurs pays et leurs communautés. "Ce n’est ni un documentaire sur les causes de la guerre ni une oeuvre dédiée au miracle du pardon. Non, simplement un film qui donne à entendre et à voir le refus, compliqué, têtu, conquis, construit, de la haine de l’autre. Et c’est saisissant. Parce que la douleur est là. Parce que le deuil est là. Parce que l’ennemie est là." Evelyne Pieiller – L’Humanité (4 mars 2005)
de Claudine Bories et Patrice Chagnard
documentaire, 2010, couleur, 1h53min
Le couple de cinéastes a posé sa caméra dans les locaux d'accueil d'un centre de demandeurs d’asile à Paris. Une enquête de quatre mois dans un centre officiel financé par l'Etat. Le film montre les obstacles, comme la langue, les tensions et malentendus. "Les Arrivants se déroule sur la scène de la CAFDA, la coordination de l’accueil des familles demandeuses d’asile. De part et d’autres des bureaux, des assistantes sociales, et des familles fuyant leur pays. Un face-à-face édifiant filmé sans faux-semblants qui renvoie à une question intime et universelle, celle de notre rapport à l’autre." Sarah Elkaïm - Critikat (6 avril 2010).
Copyright Forum des images
23 mars 2016

AGENDA 
         
    Île de France