Les collections de films du Forum des images

Parcours

Van Gogh / Resnais
P238
Van Gogh
collection Agence du court métrage
Le fameux Van Gogh d’Alain Resnais est une petite rareté. Prix de la Biennale de Venise en 1948 et, deux ans plus tard, Oscar du meilleur court métrage "en deux bobines". Quand même.


Il est difficile d’imaginer Alain Resnais en culotte courte. Pas tout à fait en culotte courte, mais presque. En 1947, Resnais a vingt-cinq ans. Il a sans doute une belle gueule de jeune premier et sa légendaire coupe de cheveux. Quatre ans plus tôt, il était entré à l’IDHEC. 1943, c’était l’année de la première promotion de ce qui deviendra la grande école de cinéma française. L’IDHEC aussi était jeune, mais Resnais avait en plus la fougue de ses vingt ans : "j’ai senti qu’on allait me mettre à la porte et je suis parti". Il a donc claqué la porte, avant de faire ses premiers pas auprès de Nicole Védrès (sur l’excellent Paris 1900, autre pépite de la Salle des collections) et de se lancer dans une série de portraits de peintres. Notamment Henri Goetz et Hans Hartung. Il réalise ensuite dans la foulée sa première véritable commande : Van Gogh, donc. Il en tourne une première version en 16mm, à partir des toiles peintes. La seconde, en 35mm cette fois-ci, à partir de photographies.

Le peintre aimait avant tout la couleur. Ces couleurs saturées et torturées. Ces bleus et ces jaunes, cette lumière, avec ces coups de pinceaux comme autant de coups de couteaux. Resnais n’avait pas le luxe de la couleur à la fin des années quarante. Il a tourné en noir et blanc. Il explique que ce fut même un choix pour "éviter la trahison picturale" et "mieux révéler l’aspect tragique de sa peinture". Mais il a réussi à filmer la lumière. Elle irradie certains plans. Ces ciels assombris, plus sombres encore que le regard de Van Gogh. L’œil est clair, pourtant, sous sa barbe. Quelques centimètres à peine où transparaît le désespoir d’un homme. Il crie. La lumière crie. Un cri sourd et silencieux, que l’on devine même dans ses tournesols.

Le film suit sa vie, depuis sa Hollande natale jusqu’au champ (final) d’Auvers-sur-Oise. "Pour moi, note Alain Resnais en 1956 dans Arts, Van Gogh est moins un film sur Van Gogh qu’une tentative de raconter la vie imaginaire d’un peintre à travers sa peinture." Le commentaire raconte donc une histoire, celle de sa courte vie. Parfois avec grandiloquence, c’est vrai. Parfois, aussi, dans la première partie du film, la caméra est un peu trop volatile. Certes. C’est que Van Gogh a le charme de l’ancien. Des parquets qui craquent et des moulures craquelées. Car Van Gogh est considéré comme le premier film d’un cinéaste aujourd’hui nonagénaire. Le premier qui a compté dans sa longue carrière. Ce n’est pas rien. Alors, il faut revoir Van Gogh. Tout de suite.

En écho
 
Au Forum des images
Découvrir les films de, sur et avec Alain Resnais disponibles en Salle des collections

 

Alain Resnais, par Frank Garbarz

 

Sur internet
Voir un extrait sur YouTube : http://www.youtube.com/watch?v=s2jyxzDSNGU

 

Copyright Forum des images
28 septembre 2012

AGENDA 
         
    Île de France