Les collections de films du Forum des images

Parcours

Belleville
P71
En remontant la rue Vilin de Robert Bober
collection Paris Île-de-France
Campagne, vignoble, tradition ouvrière jalonnent l'histoire du 20e arrondissement et d'une partie de celui-ci, Belleville, qui a connu au fil du temps de nombreuses transformations, tout en conservant un caractère populaire, cosmopolite et pittoresque.


De la commune de Belleville…
Située sur une colline de l'est parisien (Les sept collines de Paris), la commune de Belleville - englobant alors d'importants territoires de La Villette, Pantin et Bagnolet - date de 1789. Le bas de la colline était occupé par les ouvriers des carrières toutes proches et par de petits ateliers ; sur ses coteaux, on cultivait la vigne et les arbres fruitiers.

A partir de 1840, accueillant les ouvriers chassés par les grands travaux d'Haussmann, la commune s'urbanise rapidement, abritant dans des conditions précaires une population volontiers contestataire. Lors de son rattachement à Paris en 1860, Belleville est coupée en deux pour "désunifier" la commune frondeuse : son ancienne grande rue (l'actuelle rue de Belleville) marque désormais la frontière entre les 20e et 19e arrondissements…


… à la Commune de Paris
Belleville, qui paya un très lourd tribut à la "semaine sanglante", fut le dernier quartier de Paris à rendre les armes (La semaine sanglante de Joël Farges, Paris 1871, la semaine sanglante de Jean-Pierre Gallo). Au cimetière du Père-Lachaise voisin (Les rendez-vous du Père Lachaise), le Mur des fédérés, présent dans de nombreux films (La nouvelle Babylone) et actualités (Actualités Gaumont mai 1936), rend hommage aux Communards.

Le thème musical du Temps des cerises, célèbre chanson créée par l'un d'entre eux, Jean-Baptiste Clément, accompagne l'un des plus beaux films auquel Belleville ait servi de décor, Casque d'Or : c'est au n°44 de la rue des Cascades que la blonde Marie rend visite au sinistre Leca, négociant en vins et spiritueux, pour obtenir la libération du charpentier Manda. Un temps menacée par les promoteurs, la maison existe encore aujourd'hui, discret lieu de pèlerinage pour cinéphiles, et rappelle ce Paris des "apaches" du début du siècle, quand les guinguettes et cabarets au-delà de la barrière d'octroi attiraient le bourgeois.


Belleville terre d'asile
Au XXe siècle, Belleville devient terre d'asile, accueillant entre les deux guerres des immigrés des pays de l'Est, des Arméniens, des Grecs et, fuyant les pogroms, de nombreux Juifs polonais (Traces d'un Paris Yiddish). Avec la guerre, beaucoup connurent la déportation (Belleville-Drancy par Grenelle, Héritages) et pour beaucoup ne revinrent pas.

A partir des années soixante, de nouveaux immigrés, venus du Maghreb, d'Afrique et aujourd'hui d'Asie ont continué à faire de Belleville un territoire de mélanges, d'échanges et de solidarités. De nombreux documentaires en offrent le témoignage - récits d'enfances nostalgiques (Belleville lumière, Vive la sociale), souvenirs du passé (La ballade du bottier, Bertheville Ménilmontant), évocation des jours fastes d'un bistrot de la rue de Tourtille (Fanfan) ou d'un cinéma de quartier, boulevard de Belleville (Le Berry 1951-1991). D'autres évoquent la vie du quartier et de ses habitants aujourd'hui (Babelville, Grandir à Belleville, L'année du dragon, Au pays de citron, Portraits d'ici...).


Belleville aux artistes
"Sur les marches de cette maison, naquit dans le plus grand dénuement celle dont la voix, plus tard, allait bouleverser le monde" : la légende veut qu'Edith Piaf ait vu le jour au beau milieu de la rue de Belleville (Edith Piaf quatre ans déjà)… Maurice Chevalier, né rue Julien-Lacroix , ne manquait pas non plus d'évoquer son attachement au quartier de son enfance (Maurice de Paris), tout comme l'accordéoniste Jo Privat ou encore le chanteur Eddy Mitchell à la recherche de ses racines (Nashville ou Belleville ?). La rue de Belleville sert également de décor à un clip de Claire Denis (Pour Ushari Ahmed Mahmoud) sur une chanson d'Alain Souchon : "Je sais bien que rue de Belleville, rien n'est fait pour moi, mais je suis dans une belle ville, c'est déjà ça…".

Belleville est aussi un quartier cher aux écrivains, en atteste le documentaire Belleville est un roman qui réunit Serge Quadrupanni, Thierry Jonquet, entre autres romanciers d'aujourd'hui que Belleville a inspirés. Daniel Pennac, qui y a élu domicile, en a fait le décor des aventures de son héros Malaussène, portées à l'écran par Yves Boisset (La fée carabine). Georges Perec y a passé son enfance (Georges Perec) et a entrepris, lors des travaux de démolition de la rue Vilin, un minutieux travail d'observation du lieu et de sa progressive transformation. Après la mort de l'écrivain, son ami réalisateur Robert Bober, prolongeant cette entreprise personnelle, a réalisé une captivante enquête, En remontant la rue Vilin, qui témoigne, photographies à l'appui, de l'évolution du paysage, la rue Vilin d'hier disparaissant peu à peu en un vaste terrain vague pour faire place à l'actuel parc de Belleville.


D'autres visages de Belleville
D'autres images de l'époque témoignent de ce passé : la folle course d'une bande de gamins à la poursuite d'un Ballon rouge enchanté ressuscite des rues et passages aujourd'hui disparus, tout comme la séance de photos du Mannequin de Belleville en décors naturels a immortalisé les escaliers tortueux et pittoresques d'alors. Propices aux jeux de l'enfance, les hauteurs de Belleville dominant Paris ont aussi servi de décor à Un gosse de la butte et à un court métrage méconnu de l'américain Melvin Van Peebles (Les cinq cents balles). Clément Lépidis, écrivain amoureux de Belleville dont il s'est fait l'historien, a aussi gravé sur pellicule la poésie muette de ce Belleville des années soixante, avant les transformations et destructions de la décennie suivante (Belleville).

Palissades, terrains vagues et façades murées d'alors - filmées dans Scopitone, Ça va, ça vient, Permis de démolir, Rue des partants, Ville à vendre ont vu peu à peu changer la population et le visage de Belleville, et fleurir des œuvres sauvages, devenues familières aux habitants du quartier : des silhouettes noires peintes au pochoir par Némo de Belleville et les mystérieux hommes blancs (Sur les murs...) de Jérôme Mesnager dont une gigantesque peinture murale rend aujourd'hui hommage aux "gars de Ménilmontant" dans la rue du même nom, parallèle à celle de Belleville.

Aujourd'hui le quartier est un lieu de tournage prisé : refuge d'un psychanalyste new yorkais surmené pour Chantal Akerman (Un divan à New York), qui y a également tourné son dernier film Demain on déménage, il est aussi en divers lieux le décor de Comme elle respire de Pierre Salvadori, La nouvelle Eve de Catherine Corsini ou Lovers de Jean-Marc Barr. Dans Les rendez-vous de Paris, les protagonistes du film d'Eric Rohmer font une halte dans le nouveau parc de Belleville où René Féret filme, sur un banc au soleil, le dernier plan de son film Rue du Retrait. C'est aussi là que Brian de Palma est venu tourner Femme fatale, tandis que le Français Sylvain Chomet, lui, exilait en Amérique son savoureux trio chantant des Triplettes… de Belleville.


Filmographie sélective
Fictions
Longs métrages
La nouvelle Babylone
de Gregori Kozintsev et Leonid Trauberg
1929, 1h13min
Casque d'or
de Jacques Becker
avec Simone Signoret
1952, 1h34min
Un gosse de la butte
de Maurice Delbez
1963, 1h27min
Ça va, ça vient
de Pierre Barouh
avec Areski Belkacem
1970, 1h52min
Vive la sociale
de Gérard Mordillat
avec François Cluzet
1983, 1h32min
La fée carabine
de Yves Boisset
avec Tom Novembre
1987, 1h19min
Les rendez-vous de Paris
de Eric Rohmer
1994, 1h34min
Un divan à New York
de Chantal Akerman
avec Juliette Binoche
1996, 1h44min
Comme elle respire
de Pierre Salvadori
avec Marie Trintignant
1998, 1h38min
La nouvelle Eve
de Catherine Corsini
avec Karin Viard
1998, 1h34min
Lovers
de Jean-Marc Barr
avec Elodie Bouchez
1999, 1h41min
Rue du Retrait
de René Féret
2000, 1h30min
Femme fatale
de Brian de Palma
avec Antonio Banderas
2002, 1h50min
Les triplettes de Belleville
de Sylvain Chomet
2002, 1h18min
Demain on déménage
de Chantal Akerman
avec Sylvie Testud
2004, 1h50min
Courts et moyens métrages
Le ballon rouge
de Albert Lamorisse
1956, 33min
Les cinq cents balles
de de Melvin Van Peebles
1961, 11min
Le mannequin de Belleville
de Jean Douchet
1962, 15min
La semaine sanglante
de Joël Farges
avec Brigitte Fossey
1976, 53min
Scopitone
de Laurent Perrin
avec Didier Sauvegrain
1981, 36min
Documentaires
Sur Belleville
Belleville
de Clément Lépidis et Gérard de Battista
1964, 16min
Ville à vendre
réalisation collective
1971, 30min
Paris 1871, la semaine sanglante, série Les Grandes batailles du passé
de Jean-Pierre Gallo
1976, 54min
La ballade du bottier
de Georges Buisson et Alain Grasset
1982, 2h
Bertheville-Ménilmontant
de Mourad Hallouche
1985, 21min
Traces d'un Paris Yiddish
de Hervé Liotard-Vogt
1985, 52min
L'année du dragon
de Peter Livermore et J.M. Le Saux
1988, 14min
Grandir à Belleville
de Françoise Chevalier
1988, 20min
Permis de démolir
de Laurent Kahane
1989, 22min
Belleville lumière
de Georges Goldman
1991, 31min
Les rendez-vous du Père Lachaise
de Christian Passuelo
1991, 51min
Les sept collines de Paris
de Christian Bussy
1991, 39min
Babelville
de Philippe Baron
1992, 58min
Belleville-Drancy par Grenelle
de Anne Quesemand
1992, 28min
Le Berry, série Mémoires parisiennes
de Hervé Lachize
1992, 48min
Fanfan
de Anne-Marie Avouac
1994, 15min
Rue des partants
de Gilles Dinnematin
1995, 52min
Héritages
de Daniel et Pascal Cling
1996, 53min
Portraits d'ici
de Frédéric Pollet
2001, 1h
Au pays de citron
de Frédéric Touchard
2002, 52min
Sur ses artistes
Maurice de Paris
de Jean-Paul Sassy
1960, env. 8x1h
Edith Piaf
de Marcel Blistène
1967, 1h
Georges Perec, série Fenêtre sur
de Jean-Claude Hechinger
1976, 26min
Jo Privat, série Mémoires parisiennes
de Hervé Lachize
1990, 53min
En remontant la rue Vilin
de Robert Bober
1992, 48min
Belleville est un roman
de José Reynés
1996, 1h13min
Némo de Belleville
de Najib Dhoum et Allan Wiesniewski
1996, 24min
Sur les murs
de Yolande Josèphe et Muriel Estrade
1998, 26min
Variétés
Pour Ushari Ahmed Mahmoud, série Ecrire contre l'oubli
de Claire Denis
avec Alain Souchon
1991, 4min16s
Bibliographie
Belleville-Ménilmontant, Willy Ronis et Didier Daeninckx, Editions Hoebeke, 2006
Ciné Paris, 20 balades sur des lieux de tournages mythiques, Virginie Descure et Christophe Casazza, Editions Hors Collection, 2003
Vie et histoire, XXe arrondissement, Hervé Manéglier, Editions Hervas, 1995
En écho
Sur le site du Forum des images
A la découverte du 19e arrt

 

A la découverte du 20e arrt

 

Le Paris noir

 

Copyright Forum des images
septembre 2004
mise à jour 2 décembre 2008

AGENDA 
         
    Île de France