Les collections de films du Forum des images

Filmer la danse

La rencontre entre les deux arts conduit souvent à constater ce que la danse perd au cinéma par son incapacité à filmer la chorégraphie en continu. En découpant le corps et l’espace, le montage recompose le mouvement. Le corps du caméraman peut aussi entrer dans la danse. C’est tout l’enjeu de la vidéo danse.

Filmer la danse, c’est aussi entrer dans les coulisses, découvrir le travail du corps, son envol et sa fatigue, la recherche et l’invention d’un mouvement. Enfin, le chorégraphique ne se loge pas toujours dans la performance. Trisha Brown et Pina Bausch déjà, Christian Rizzo aussi, invitent à le voir dans la transformation du geste quotidien, dans d’autres mouvements que ceux du corps.

Le 11 mai à 18h30, séance préparée et animée par Térésa Faucon, enseignante en esthétique du cinéma.

Voir un extrait de "100% polyester, objet dansant n° (à définir)" de Christian Rizzo (1999) : http://www.numeridanse.tv/fr/video/1511_100-polyester-objet-dansant-n-a-definir

Distinguer la danse du chorégraphique sera notre point de départ. 100% polyester, objet dansant n° (à définir) proposé par Christian Rizzo en 1999 « vient de l’envie de pouvoir présenter une danse où le corps-matière est absent. » Si le propre de la danse est un corps, le chorégraphique peut s’en passer, s’intéressant à d’autres manifestations de mouvements, de rythmes et d’énergie dans un espace-temps. Ici un vent mécanique anime deux robes siamoises dans un pas de deux réinventé.

Le film n’est pas prédisposé à capter le mouvement de la danse en continu, qu’il doit toujours fragmenter et recomposer. Cette remarque du critique de danse André Levinson dans les années 1920 résonne dans chaque documentaire. Filmer la danse ce n’est pas l’enregistrer, l’exposer, mais la réinterpréter par les moyens du cinéma. Dominique Delouche s’est imposé comme un expérimentateur exemplaire faisant dialoguer ces deux arts du mouvement même lorsqu’il assiste à la répétition de deux danseurs étoiles.

Chaque mois, un petit séminaire de découverte et de recherche, ouvert à tous : un spécialiste, chercheur, critique, historien… examine une question au prisme des représentations qu’en propose le cinéma documentaire.

Dans les semaines qui précèdent, il adresse à ceux qui le souhaitent quatre petites « lettres » vidéos, quatre extraits brefs de films qu’il a sélectionnés, et qu’il commente brièvement. Chacun est ainsi invité, s’il le souhaite, à ouvrir sa réflexion et à se préparer à échanger avec les autres participants à ces « éclairages ».

Pour recevoir les lettres, et/ou pour s’inscrire aux Eclairages : eclairages@forumdesimages.fr

     
Île de France